Quid de la durabilité d’une encre imprimante ?

La durabilité fait partie des critères à vérifier lors de l’achat d’une cartouche d’encre. Il est souhaitable d’avoir un consommable qui permet d’éditer un assez grand nombre de pages en noir et couleurs. Puis, le produit a aussi une date de péremption dont il faudra tenir compte.

Le nombre de feuilles est indiqué par le fabricant

L’univers des consommables informatiques est très concurrentiel. Les fabricants s’efforcent de proposer un produit différent, sur la présentation, mais également en matière de contenance. Ainsi, les cartouches d’encre n’ont pas toutes la même taille. Elles ont leur propre nombre d’éditions possible. Pour la recharge de gamme HP 132 par exemple, il est possible de sortir près de 210 pages. Les références HP 135 et 136 gardent cette estimation. Pour les couleurs, il est probable d’avoir jusqu’à 330 tirages. Ce serait le cas du HP 135 et les produits similaires. Le site encre-imprimante.net permet d’en savoir davantage. La capacité annoncée reste généralement en dessous de la réalité. Cela vient du fait que les fabricants comptent des pages avec un minimum de surface enduit d’encre. Il serait de l’ordre de 5 %. Si l’utilisateur décide ainsi d’imprimer des feuilles entières couvertes de pigment, il s’aperçoit que les cartouches n’iront pas plus loin que 10 pages.

La date de péremption d’une encre imprimante

Comme tout autre consommable, l’encre a une date de péremption connue. Le fabricant l’indique parfois sur l’étiquette. En ce qui concerne la cartouche, les spécialistes estiment qu’il faut l’utiliser dans les deux ans qui suivent sa sortie d’usine. La tête d’impression se fatigue au bout de cette période. La recharge peut continuer d’être employée, mais avec beaucoup moins de performance. Le pigment lui-même dépérit au bout d’un certain temps. Ce produit chimique perd sa viscosité après 36 mois. Les nouvelles formules peuvent durer un peu plus longtemps. Dans tous les cas, il est fortement recommandé de ne pas dépasser la date indiquée par le fabricant. Passée cette période, le liquide ou la poudre peut endommager le mécanisme de l’imprimante. Afin d’étendre le délai de péremption, l’usager doit stocker le consommable dans un endroit sec à l’abri du soleil et de l’humidité. La température idéale serait contenue entre 15 et 24 degrés Celsius.

Durabilité du pigment utilisé pour l’édition

Il existe différentes sortes d’encre avec leurs caractéristiques respectives. Certaines d’entre elles sont destinées pour la microédition. Elles conviennent pour les documents administratifs. Il faut les préserver du soleil et d’une source de lumière permanente. D’autres types de pigment sont plus résistants. Certains d’entre eux sont suffisamment coriaces pour ne pas s’effacer sous la pluie. Ces produits sont parfaits pour l’affichage en extérieur. Ils ne craignent pas les ultraviolets. D’ailleurs, ces rayons sont indispensables pour la fixation. De toutes les manières, les articles proposés sur le marché ont leurs destinataires respectifs. Pour les imprimeries, le tirage et le séchage devraient être les plus rapides possible. Le type de support compte aussi dans l’équation. La matière poreuse telle que le papier journal retient les pigments plus efficacement que les feuilles blanches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *